Accéder au contenu principal

LE LIBRAIRE DE WIGTOWN - BYTHELL, Shaun

Shaun Bythell Ecosse bouquiniste librairie
Lire maintenant
Bienvenue à Wigtown, charmante petite bourgade du sud-ouest de l'Écosse. Wigtown, son pub, son église et sa librairie, la plus grande librairie de livres d'occasion du pays. De la bible reliée du XVIe siècle au dernier volume d'Harry Potter, on trouve tout sur les kilomètres d'étagères de ce paradis des amoureux des livres. Enfin, paradis, il faut le dire vite ! Avec un humour tout britannique, Shaun Bythell, bibliophile, misanthrope et propriétaire des lieux, nous invite à découvrir les tribulations de sa vie de libraire. On y croise des clients excentriques, voire franchement désagréables, Nicky, employée fantasque qui n'en fait qu'à sa tête, mais aussi M. Deacon, délicieux octogénaire qui se refuse à commander ses livres sur Amazon.Entre 84, Charing Cross Road d'Helene Hanff et Quand j'étais libraire de George Orwell, Le Libraire de Wigtown invite le lecteur à découvrir l'envers du décor : si l'amour de la littérature est primordial pour exercer le métier de libraire, on y apprend qu'il faut aussi un dos en béton et une patience de saint !

 Après deux lectures difficiles (Sœurs et Boréal ) j'avais besoin d'une lecture calme, sans violence et avec beaucoup d'humour. Aussi, lorsque j'ai vu cette couverture colorée, joyeuse et parlant de livres, je n'ai pas pu passer à côté. Un libraire, ou plutôt un bouquiniste qui raconte son quotidien. Quoi de plus délassant.
Bienvenue à "The Book Shop" dans la charmante commune de Wigtown, au cœur de l’Écosse. Ici, nous découvrons le quotidien, sur une année, de Shaun Bythell, bibliophile, misanthrope, libraire - bouquiniste, heureux (???) propriétaire de la plus grande librairie de livres anciens et d'occasion d’Écosse. Shaun est originaire de Wigtown et a toujours connu The Book Shop même si son premier jugement n'a pas été positif puisqu'il avait prédit sa disparition avant la fin de l'année. Mais voilà, douze ans plus tard, ayant des difficultés à trouver un emploi, il rentre dans la librairie, discute avec le propriétaire de l'époque, lui confie son désarroi et se retrouve face à cette phrase qui va changer son destin : " Vous n'avez pas besoin d'argent - à votre avis, les banques, ça sert à quoi ?". Voilà comment il se retrouve propriétaire, sans aucune connaissance des livres et du commerce, de la librairie de Wigtown. Au travers de ce journal, Shaun nous livre son quotidien fait de rencontres inoubliables, farfelues, burlesques et tragiques. Il nous livre sa lutte contre les géants du livre sur internet qui dénaturent le métier et envoient à une disparition certaine ces librairies traditionnelles. Il nous livre son aversion pour les liseuses, dont il en a fait un trophée accroché dans sa boutique. Il nous raconte sa quête de livres dans ces maisons que l'on doit vider de son contenu. Il nous parle de ces gens qu'il n'a pas pu rencontrer mais qui ont tenu ces livres dans leurs mains à un moment de leur existence. Et puis il y a les clients, ceux qui franchissent la porte et arrivent en terrain conquis avec leurs connaissances ou leur stupidité. Des petites phrases lancées par ci par là par des gens qui ne se rendent pas compte de ce que peu avoir de blessant de simples mots. Qui ne se rendent pas compte que leur inculture livresque peut avoir de dérangeant et d'humiliant. Alors, oui, au fil des mois nous découvrons Shaun de plus en plus ronchon, mal luné, irascible et peu patient.
Et puis il y a Nicky, la vendeuse de Shaun. Fille complètement déjantée, excentrique, qui n'en fait qu'à sa tête, qui sème la pagaille dans la librairie mais qui n'a pas son pareil pour faire face aux clients récalcitrants. Et puis, il y a ces paysages, cette luminosité que l'on devine au travers du récit de Shaun et qui font de l’Écosse un pays de légendes et d'imaginaire.
Pur moment d'humour so british, ce livre est un véritable plaidoyer pour la survie des livres et des métiers qui y sont rattachés. Et en plus, plaisir non négligeable, il nous soumet des découvertes littéraires qui nous ouvrent un peu plus le monde du livre ancien. Alors ne boudons pas notre plaisir et franchissons la porte de ce Book Shop.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LA LOUVE CATHARE - CALMEL, Mireille

Paris, novembre 1226, quelques jours avant le couronnement de saint Louis… L’impétueuse Griffonelle, petite voleuse de seize ans, assiste en pleine rue au meurtre sauvage de sa mère. Rapidement, les soupçons se portent sur Amaury de Montfort, le fils de celui qui a mené la croisade en Occitanie et brûlé des centaines de cathares. Pourquoi ce crime abominable ? à son tour, Griffonelle est la cible de Montfort. De la religion cathare, pourtant, la jeune femme ne sait rien. Il la traque, exigeant qu’elle lui remette une carte dont elle ignore jusqu’à l’existence ; une carte recherchée par les proches du roi et qui mènerait à une mine d’or cachée en Occitanie, au cœur de la Montagne Noire. Pour échapper à cet homme et survivre, elle doit découvrir au plus vite ce que sa mère a dissimulé. Mais bientôt, tandis que les assassinats se multiplient dans l’entourage du roi, l’impitoyable vengeance d’une femme plane sur Griffonelle… Une femme dont le nom est à jamais maudit : la Lou

NICKEL BOYS - WHITEHEAD, Colson

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à cœur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l'université pour y faire de brillantes études, il voit s'évanouir ses rêves d'avenir lorsque, à la suite d'une erreur judiciaire, on l'envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s'engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu'il s'agit en réalité d'un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d'amitié. Mais l'idéalisme de l'un et le scepticisme de l'autre auront des conséquences déchirantes. Couronné en 2017 par le prix Pulitzer pour Underdground Railroad puis en 2020 pour Nickel Boys, Colson Whitehead s'inscrit dans la lignée des rares romanciers distingués à deux reprises par cette prestigieuse récompe

TOUS LES MATINS, ELLE BOITAIT - SCHILGE, Mélinda

Jeanne cherche à reprendre pied entre l’exubérance de la vie parisienne pendant les années folles et la découverte de sa famille alsacienne qui vient de redevenir française.   C'est la couverture qui m'a tout de suite attirée. Je l'ai trouvé lumineuse, de très belles couleurs. Cette femme seule devant la Tour Eiffel. Et puis, dans la présentation de l'auteure faisait allusion à la vie parisienne dans les années folles. Années que je trouve intéressante avec cette liberté qui pulse et qui permet à la population de découvrir de nouvelles sensations, de nouvelles envies. Nous ne sommes pas dans les années folles même si le livre commence par le récit d'une soirée déjantée dans un club de jazz en 1928. Nous sommes à la sortie de la première guerre mondiale. Jeanne, notre héroïne, papillonne dans les soirées mondaines et artistiques. Née d'un père artiste peintre qui a du mal à percer et d'une mère journaliste, Jeanne est libre de ses pensées. Elle n'hésite p