Accéder au contenu principal

ON LA TROUVAIT PLUTOT JOLIE - BUSSI, Michel

Bussi émigration clandestin policier Leyli

Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits...

Un suspense renversant et bouleversant.

« – Qu'est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.

– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l‘essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l'un d'eux, l'un d'eux peut-être, échappe au sortilège.

Elle ferma les yeux. Il demanda encore :

– Qui l'a lancé, ce sortilège ?

– Vous. Moi. La terre entière. Personne n'est innocent dans cette affaire. »




Voici le dernier né de Michel Bussi qui a su, jusqu'ici me tenir en haleine. Mais pas cette fois. J'ai même à plusieurs occasions failli fermer le livre et ne pas en terminer la lecture.

Elle était plutôt jolie… Leylie. Mère courage malienne qui pour le bien être de ces 3 enfants n’hésite pas à se lancer sur la route dangereuse de l’exil à destination de l’eldorado que représente la France. Leylie fait des ménages, Leylie est belle à croquer mais Leylie cache un secret. Et Leylie se sent menacer lorsqu’une de ses anciennes connaissances est retrouvée assassiner dans une chambre d’hôtel. Et Leylie tremble lorsqu’elle comprend que sa fille ainée, Bamby, est soupçonnée par la police de ce meurtre. A travers les regards de Leylie, Bamby, Julo, Rubens nous remontons le temps et l’histoire de Leylie qui confie enfin son histoire.
Alors évidemment, l’enquête, dans ce roman, n’est pas celle que l’on croit car le meurtrier on le connait dès le début du récit. L’enquête fait plus référence au secret de Leylie. Et franchement, celui-ci se devine très rapidement ce qui fait que le roman perd de son charme et de son suspens. Qui plus est, beaucoup de longueur rende ce livre à la limite de l’indigestion. Michel Bussi a choisi pour trame de fond un sujet d’actualité douloureux et immonde : le trafic d’êtres humains au travers des migrants. Mais, à vouloir nous en compter les tenants et les aboutissants, nous frôlons l’overdose. Et Michel Bussi outrepasse ses prérogatives d’auteur en nous martelant sa vérité, à savoir que la France n’accueille pas assez de migrants, que les français sont égoïstes en n’ouvrant pas leur porte…. Un exemple. Je cite " Zahérine vida lui aussi sa tasse, puis commença à se débraguetter tout en se dirigeant vers les toilettes.
- Et bien moi je vais pisser sur cette terre qui a su se rendre si inhospitalière, même envers ses frères francophones africains qui pourtant l'aime tant." Fin de citation.
Je pense qu’un tel écrit, même si c’est un migrant qui formule cette phrase, n’est pas correct de la part d’un auteur populaire. En effet, faut-il rappeler, qu’en France au 21eme siècle, des gens dorment dehors parce qu’ils n’ont pas de toit, que des personnes âgées, qui ont travaillé toute leur vie, doivent aller quémander à manger aux restos du cœur. La France est terre d’accueil, oui mais, comme l’a si bien dit notre Président –que je ne porte pas plus que cela dans mon cœur- nous ne pouvons plus accueillir toute la misère du monde. Occupons-nous déjà de la nôtre et après on pourra accueillir dignement ces personnes.
Que Monsieur Bussi ait voulu attirer notre attention sur ce trafic immonde d’êtres humains, des conditions inhumaines qui les attendent et surtout sur ces profiteurs qui s’en mettent plein les fouilles grâce à ce commerce très lucratif, OK. Mais pour cela, le récit qu’en fait Leyli est largement suffisant. Très bien documenté, tout en pudeur, avec des mots justes et poignants, aucun détail ne nous est épargné et nous permet de comprendre l’ampleur de ce trafic. Pas besoin de nous marteler l’esprit que nous sommes des monstres insensibles à la détresse humaine.
De plus la fin m'a laissé un arrière goût d'inachevé : pourquoi tous ces crimes ? Que cherche réellement Bamby ? Ce n'est pas bien clair. J'ai connu Michel Bussi en meilleure forme. Allez, on referme ce livre et on passe à autre chose.

Posts les plus consultés de ce blog

LÂCHER PRISE - Le voyage intérieur - DEBATISSE, Claire

Nombreuses sont les injonctions à lâcher prise que nous recevons via les différents médias que nous côtoyons. Mais peu nous expliquent pourquoi nous devrions le faire et comment nous y prendre concrètement. D'un point de vue simple et concret, cet ouvrage vient répondre à ces questions. Il vous guide dans un voyage intérieur dont vous êtes le héros, pour vous conduire pas à pas à la rencontre de vous-même. Vous y trouverez une méthode en six pas, des exemples concrets pour une meilleure compréhension, et une boîte à outils pour réfléchir, construire, vous exercer et grandir. Être en accord avec soi, assumer ses choix, disposer sereinement de ce que la vie nous propose... Quel plus grand bonheur que de se libérer du passé, de l'avenir, de la colère ou de la tristesse ? Un livre interactif, assorti d'une proposition rare : un soutien que vous pourrez trouver en ligne au delà de la lecture du livre... Ce livre m'a été proposé par son auteur il y a très longtemps et je m&…

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …