Accéder au contenu principal

LE VOL DU SANCY - BENZONI, Juliette

Téléchargé
Accusé d'avoir volé le Sancy, célèbre diamant des joyaux de la couronne de France, Aldo Morosini va vivre la plus dangereuse des aventures.
Parce qu'elle l'a tiré d'un mauvais pas, Ava Astor attend de Morosini qu'il honore sa promesse: lui trouver un diamant dût-il le subtiliser à la Tour de Londres ! Il plaisantait bien entendu, mais c'était sans compter qu'Ava est aussi sotte que méchante.
Peu de temps après, cette dernier débarque à Venise pour lui réclamer le célèbre Sancy qui vient d'être dérober dans le château de lord Astor. Comme il ne l'a pas, elle l'accuse de vouloir le garder pour lui. Plus incroyable, lord Astor prétend avoir reçu Aldo et qu'il lui a volé le Sancy !
Incapable d'accepter pareil affront, Aldo flanqué d'Aldabert part pour Londres y rétablir la vérité.
L'enquête qui les attend s'annonce comme la plus incroyable de leur vie ...

Qu'est ce qu'une promesse faite sous le coup de l'émotion. Une parole qui peut se retourner contre vous. Voici ce que va découvrir, à ses dépends, Aldo Morosini. Lady Ava Ribbesdale-Astor, que nous avons rencontré lors du précédent opus, débarque chez le bel Aldo pour réclamer son du : le diamant historique qu'il lui a promis. Et étant donné que le Sancy a disparu, et bien... elle vient le chercher. Sauf que Aldo n'a pas ce diamant car ce n'est pas lui qui l'a dérobé et qu'il a horreur qu'un malfrat usurpe son identité et bafoue son honneur. Ni une ni deux, voici Aldo, aider de son "plus que frère" Aldabert parti reconquérir son honneur. Il doit, coute que coute, retrouver le Sancy et en même temps le voleur. Mais l'histoire tourne court car Aldo et Adalbert disparaissent.
Dans ce quinzième tome des aventures d'Aldo Morosini, un nouveau personnage fait son apparition et relègue notre spécialiste en pierres anciennes au second, voir au troisième rang. Peter Wolsey, fils du duc de Carteland, s'allie à Plan-Crépin pour retrouver Aldo. 
C'est avec une pointe de regret que j'ai lu ce livre car son auteure, Juliette Benzoni, nous a quitté le 7 février 2016. Juliette Benzoni s'est imposée pendant de nombreuses années comme experte des romans historiques avec des romans riches et variés. Sa saga policière avec comme personnage principal Aldo Morosini, spécialiste en bijoux anciens et historiques, m'a tenu en haleine pendant de nombreuses années. C'est avec un réel plaisir que j'attendais le tome suivant et cela m'embête de dire du mal d'une disparue. Mais bon, il faut dire ce qui est, ce tome n'est vraiment pas le meilleur de cette écrivaine. Trop de confusion au niveau des personnages, une histoire qui s’essouffle très rapidement. De plus, pour quelqu'un qui comme moi suit cette saga depuis le début et qui a vu évoluer les personnages, la découverte subite de dons de médium de Plan-Crépin nous parait très peu crédible et rend ce personnage si charismatique totalement farfelu et insignifiant. Et enfin, nous nous trouvons avec une fin bâclée comme si l'auteure en avait assez d'écrire.
Allez, assez critiqué. Gardons en mémoire le don de conteuse de Juliette Benzoni et son don pour refaire revivre l'histoire.
Au revoir Madame Benzoni et merci pour ces merveilleux moments de lecture que vous nous avez donné.

 

Posts les plus consultés de ce blog

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …

CENT MILLE MILLIARDS DE RECITS - Nicolas Brice Robin

Combien d'histoires différentes arriverez-vous à composer de votre vivant ? Non, ce livre ne peut pas générer une infinité d'histoires, juste assez pour satisfaire des générations et des générations sur des millénaires ! Composez méticuleusement votre histoire en tournant les volets de cet ouvrage un à un, ou bien remettez-vous en au hasard : le livre et votre imagination s'occuperont du reste ! Longue vie à l'auteur qui sommeille en vous ! Suite à une demande de l'auteur sur facebook, j'ai répondu favorablement à celle ci. Et puis, il faut bien le reconnaitre le titre a titillé ma curiosité. Cent mille milliards de récits dans un petit livre de 32 pages, couvertures comprises. Alors autant être honnête dès le début : je ne suis pas arrivée à cent mille milliards de récits. Je me suis arrêtée avant mais je dois reconnaitre que j'ai passé un très bon moment. Le principe de livre est simple : 16 phrases par page que l'on découpe jusqu'à la reliure. Ce …