Accéder au contenu principal

CHRONIQUES DE PEMBERLEY - SEBIRE, Marie Laure

En refermant le livre ou quand se termine le film "Orgueil et Préjugés" on se demande : "Et après ?" Jane Austen laissa en germe mille conflits, mille aventures dans une Angleterre en pleine mutation et dans un monde où les distances s'amenuisent au fil des années. Tout en respectant les personnages magistralement décrits par la grande dame de la littérature anglaise et même si vous n'avez pas lu son livre, l'auteur vous emmènera à Pemberley, la merveilleuse maison des Darcy où naquit une histoire d'amour qui passionna des générations. Vous verrez comment les difficultés mal enfouies se surmontent... ou non et comment les membres des générations futures seront tantôt acteurs de cette nouvelle ère qui s'ouvre à eux, tantôt victimes d'une société qui voit menacé son mode de vie ancestral.

Il y a quelque temps je vous avais dis que je m'étais proposée  comme critique pour les éditions CHIADO. Après plusieurs essais, cela c'était brutalement interrompu. Une nouvelle personne a repris le service et m'a recontactée. Après plusieurs propositions de livres que j'avais déjà chroniqué, cette charmante dame m'a laissée l'honneur de choisir mon livre. Étant une inconditionnelle de Jane Austen, dont je possède une grande partie de son œuvre, mon choix s'est donc porté sur la suite d' '"Orgueil et Préjugés". 
Quel bonheur de retrouver Lizzy et Darcy, jeunes mariés et très amoureux prêt à affronter la bonne société londonienne qui ne voit pas d'un bon œil ce mariage. Nous retrouvons Pemberley, magnifique demeure ancestrale. 500 pages pour nous faire vivre cette chronique familiale sur trois générations. Nous assistons aux changements de la société qui est bien obligée d'accueillir les nouveaux riches. Nous découvrons l'attraction qu'occasionne ce grand pays qu'est l'Amérique sur les jeunes londoniens fougueux et avides de découvertes. Découverte des premiers voyages en bateaux et du développement du chemin de fer qui permet de rapprocher les pays et les gens.
Voilà, mais bon ce n'est pas du Jane Austen et c'est ce qui est dommage avec les suites des écrits d'auteur disparu. On prend l'histoire mais le style n'est pas là. Ce qui fait le charme de Jane Austen c'est le réel des situations puisqu'elle décrit ce qu'elle vit au jour le jour : les réceptions, les luttes de classe, l'émancipation de la femme, la rigidité des mentalités... Mais là, l'auteure est de notre époque, de notre génération donc elle écrit par rapport à ses lectures, ses recherches. Il manque donc la petite touche de vécu. Cela ne veut pas dire que la lecture est désagréable. Bien au contraire, c'est plaisant de suivre l'évolution de cette famille. On ne s’ennuie pas même si, à certains moments, on a l'impression d'être au pays des bisounours. Par contre les personnages principaux sont dans la continuité des originaux : Lizzy toujours la même avec sa bonne humeur, son espièglerie ; Darcy froid, distant mais tellement serviable. Dommage que les sœurs Bennet restent au second plan mais bon, ce sont les chroniques de Pemberley, pas de la famille Bennet. 
Il est dit que l'on peut lire cette suite sans avoir lu Jane Austen. Mais, je pense que cela nuit à la lecture. En effet, il n'est pas évident de remettre chaque personnage à sa place si on ne connait pas le début l'histoire.

Posts les plus consultés de ce blog

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …

CENT MILLE MILLIARDS DE RECITS - Nicolas Brice Robin

Combien d'histoires différentes arriverez-vous à composer de votre vivant ? Non, ce livre ne peut pas générer une infinité d'histoires, juste assez pour satisfaire des générations et des générations sur des millénaires ! Composez méticuleusement votre histoire en tournant les volets de cet ouvrage un à un, ou bien remettez-vous en au hasard : le livre et votre imagination s'occuperont du reste ! Longue vie à l'auteur qui sommeille en vous ! Suite à une demande de l'auteur sur facebook, j'ai répondu favorablement à celle ci. Et puis, il faut bien le reconnaitre le titre a titillé ma curiosité. Cent mille milliards de récits dans un petit livre de 32 pages, couvertures comprises. Alors autant être honnête dès le début : je ne suis pas arrivée à cent mille milliards de récits. Je me suis arrêtée avant mais je dois reconnaitre que j'ai passé un très bon moment. Le principe de livre est simple : 16 phrases par page que l'on découpe jusqu'à la reliure. Ce …