Accéder au contenu principal

AUSTERLITZ 10.5 - BEATRIX Anne Laure, DILLARD François Xavier

En 1910 la Seine avait atteint lors de la grande crue de Paris son niveau maximal : 8.62 mètres sur l'échelle hydrométrique du pont d'Austerlitz. Aujourd'hui, la pluie tombe depuis trois jours dans la capitale. La plupart des arrondissements ont connu un black-out total faisant souffler un vent de panique sans précédent dans la population. Le métro a été fermé. L'ensemble du vaste réseau sous-terrain des transports publics s'étant retrouvé noyé par des hectolitres d'eau sombre et glacée. Lorsque les premiers immeubles se sont effondrés et que la grande vague de boue a déferlé sur la ville, une véritable hystérie collective s'est emparée des parisiens et les pires exactions ont été commises. Au nom de la survie... La peur, puis la violence ont déferlé sur la ville. Paris est dévastée et la plupart des habitants, du moins ceux qui ont la chance d'avoir encore un toit, se terrent chez eux en attendant que cette pluie démentielle cesse enfin... Sous le pont d'Austerlitz l'eau a atteint son record : 10.50. Un an plus tard, on sait que Paris ne sera plus jamais la même. Pour François Mallarmé qui a tout perdu dans cette catastrophe, sa femme et son enfant, la vie n'est qu'un long cauchemar. Il continue tant bien que mal à faire son boulot de flic dans une ville où plus rien n'a de sens. Jusqu'au jour où une affaire de meurtres sordides le ramène à son cauchemar, au coeur même du Louvre, dans ce musée qui pour le monde entier était le symbole de ce qui fut la plus belle ville du monde, et où même la Joconde a disparu...
Nous voici plongé dans un monde apocalyptique où Paris se retrouve submergé pas les eaux. Rien ne résiste à ce déferlement d'eau et de boue. A travers ce thriller d'anticipation très réussi, nous plongeons au plus profond de la noirceure de l'âme humaine. Alors que certains essaient de survivre, de se reconstruire d'autres ne pensent qu'à leur petits plaisirs. Le politique pour récupérer un poste important tout en écrasant son voisin et un psychopathe qui règle ses comptes avec des vedettes à qui l'argent permet tout. Deux mondes qui se croisent, se rencontrent à travers l'inspecteur Mallarmé. Lui à tout perdu : femme, enfant, logement. Ne lui reste que son boulot et l'alcool pour continuer d'avancer. Cette enquête, il la vit comme une renaissance et ne veut surtout pas échouer sous peine de ne pouvoir continuer à vivre.
Trois personnalités sont assassinées dans des conditions atroces. Seul lien entre elles, mis à part la notoriété, un musée ou ce qu'il en reste : Le Louvre. Que se passe t il réellement dans ce lieu ? Que manigance ce gouvernement rétiré de Paris ? Quelle est cette meute humaine qui hante les nuits de Paris ? Beaucoup de questions pour très peu de piste.
Nous sommes une nouvelle fois devant un écrit à quatre mains. Un début de livre que j'ai trouvé assez cafouilleux et ne lésinant pas sur les scènes d'horreur. Trois chapitres, trois époques, nous avons un peu de mal à saisir où nous sommes. Les scènes de survies sont très dures. Mais une fois le décor et les personnages plantés, nous sommes happé par cette intrigue politico-thriller. On ressent le sérieux de la documentation et la volonté de coller au maximum à la réalité fiction. Chaque titre de chapitre correspond à un tableau plus ou moins connu mais qui nous donne tout de suite la teneur du chapitre.
C'est original et captivant.

Posts les plus consultés de ce blog

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …

CENT MILLE MILLIARDS DE RECITS - Nicolas Brice Robin

Combien d'histoires différentes arriverez-vous à composer de votre vivant ? Non, ce livre ne peut pas générer une infinité d'histoires, juste assez pour satisfaire des générations et des générations sur des millénaires ! Composez méticuleusement votre histoire en tournant les volets de cet ouvrage un à un, ou bien remettez-vous en au hasard : le livre et votre imagination s'occuperont du reste ! Longue vie à l'auteur qui sommeille en vous ! Suite à une demande de l'auteur sur facebook, j'ai répondu favorablement à celle ci. Et puis, il faut bien le reconnaitre le titre a titillé ma curiosité. Cent mille milliards de récits dans un petit livre de 32 pages, couvertures comprises. Alors autant être honnête dès le début : je ne suis pas arrivée à cent mille milliards de récits. Je me suis arrêtée avant mais je dois reconnaitre que j'ai passé un très bon moment. Le principe de livre est simple : 16 phrases par page que l'on découpe jusqu'à la reliure. Ce …