Accéder au contenu principal

LA DERNIERE PRINCESSE DE MANDCHOURIE - LEE, Lilian

Dans ce roman, nous découvrons la vie romancée de la "Mata Hari" Sino japonaise : Yoshiko Kawashima.

1913, Port-Arthur. Une fillette dans la fleur de l'innocence, quatorzième enfant du prince Su, descendante de la dynastie impériale Qing, embarque seule pour le Japon, l'ennemi héréditaire. Elle obéit au dessein paternel qui intrigue pour la restauration des Qing. Dès son arrivée à Tokyo, conformément aux ordres du prince, elle renie ses origines chinoises.
Ainsi débute le règne de Kawashima Yoshiko, la vénéneuse. Premier travestissement de celle qui passera maîtresse dans l'art du double jeu. Car, dès lors, l'innocente jeune femme cède la place à une redoutable intrigante.
Séduction, espionnage, meurtre, Yoshiko ne reculera devant rien pour atteindre son but. D'homme en femme, l'aventurière au physique de reine obtient argent, pouvoir et gloire. Le sacre de son cousin Pu-Yi, le dernier empereur, en 1934, marque la consécration de celle désormais connue sous le nom de commandant Jin.
 
J'ai toujours été fasciné par la Chine et fut un temps où je serais bien partie travailler là-bas. Aujourd’hui, je gère l’exportation vers ce pays et je commence à tisser des liens tout à fait intéressants. Même, si je ne suis pas toujours d’accord avec sa politique, notamment concernant le Tibet, sa culture, sa façon de vivre m’interpelle. Toute littérature sur ce pays m'attire et c'est donc tout naturellement qu'ayant aperçu ce livre dans les rayons de la bibliothèque je m'en suis emparée.

Ce petit roman d'environ 200 pages se lit très facilement et trouve tout son intérêt sur le côté historique et la présentation très détaillée des évènements : l’invasion de la Chine par le Japon, et la déchéance de l’empereur Pu-Yi et de toutes ses ramifications familiales.  Concernant l’héroïne, j’ai eu de mal à suivre sa vie car cette partie est noyée par la description historique qui peut être étouffante par moment. Nous avons du mal à comprendre le pourquoi du comment : elle est plus ou moins vendue au Japon (pourquoi ?) afin de récréer la splendeur de la Mandchourie et remettre sa branche familiale sur le trône ; mais en même temps elle sert de lien avec la Chine, qu’elle déteste (pourquoi ?), qu’elle espionne et qu’elle combat en se travestissant en homme, qui plus est, en général d’une clique de va nu pied et voleur. Les japonais se servent d’elle, et elle, se croit assez intelligente pour se servir d’eux. Mais bien évidemment, la loi du plus fort gagne toujours à la fin et Yoshiko est livrée en pâture aux chinois. Que dire de plus sinon qu’elle a eu la vie de toute espionne : son corps lui sert de monnaie d’échange, elle brûle sa vie par les deux bouts, elle abuse de l’alcool et de la drogue. Yoshiko pense avoir plein d’amis mais elle n’a que des ennemis.
 
Cette héroïne aurait pu nous paraitre sympathique voire attachante si l’auteure ne nous avais pas fait ressentir son aversion envers elle par l’intermédiaire de son écriture et ses descriptions toujours très négative de son personnage. Lorsque l’on écrit la vie de quelqu’un, il faut savoir rester neutre sinon cela enlève tout intérêt au roman. C’est bien dommage car je pense qu’il y avait matière pour écrire un roman plus vivant, nous faisant vivre cette vie tout à fait extraordinaire. En fin de compte, je suis restée sur ma faim.


 

Posts les plus consultés de ce blog

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …

CENT MILLE MILLIARDS DE RECITS - Nicolas Brice Robin

Combien d'histoires différentes arriverez-vous à composer de votre vivant ? Non, ce livre ne peut pas générer une infinité d'histoires, juste assez pour satisfaire des générations et des générations sur des millénaires ! Composez méticuleusement votre histoire en tournant les volets de cet ouvrage un à un, ou bien remettez-vous en au hasard : le livre et votre imagination s'occuperont du reste ! Longue vie à l'auteur qui sommeille en vous ! Suite à une demande de l'auteur sur facebook, j'ai répondu favorablement à celle ci. Et puis, il faut bien le reconnaitre le titre a titillé ma curiosité. Cent mille milliards de récits dans un petit livre de 32 pages, couvertures comprises. Alors autant être honnête dès le début : je ne suis pas arrivée à cent mille milliards de récits. Je me suis arrêtée avant mais je dois reconnaitre que j'ai passé un très bon moment. Le principe de livre est simple : 16 phrases par page que l'on découpe jusqu'à la reliure. Ce …