Accéder au contenu principal

LA VALLÉE DU RENARD - LINK, Charlotte

Par une belle journée d'aout, sur la côte sud du Pays de Galles, Matthew Willard revient avec son chien sur le parking, perdu au milieu des champs, où sa femme l'attend. Si la voiture est toujours là, Vanessa, elle, a disparu. Sans laisser de traces. Convaincu qu'elle n'est pas partie de son plein gré, Matthew ne peut imaginer la terrible vérité : Vanessa a été enlevée, enfermée dans une malle et cachée dans une grotte, avec de l'eau et de la nourriture pour une semaine.
Son ravisseur, Ryan Lee, a déjà plusieurs fois été condamné pour des délits mineurs. Son passé de petite frappe le rattrape au plus mauvais moment. Il est mis en détention et écope de quatre ans de prison. Kidnappée pour faire l'objet d'une rançon qui aurait permis à Ryan de rembourser 20 000 £, Vanessa est abandonnée à son triste sort...
Près de trois ans plus tard, l'histoire semble se répéter. Une autre femme disparaît dans des circonstances mystérieuses. La police n'a aucune piste. Ryan, récemment libéré, n'a jamais révélé son terrible secret. Mais cette fois-ci, il semble que ce soit dans son entourage que sont choisies les victimes...
Hum... sujet très prometteur qui laisse entrevoir  de jolies scènes d'angoisse et de mystère... Au premier abord, j’ai cru que l’intrigue serait très simple, d’autant plus qu’on connait le coupable dès le départ. Mais voilà, s'est sans compter sur le talent de Charlotte LINK.

Ce polar se met très lentement en place, le suspens va très crescendo mais une fois que la machine est lancée, impossible de le lâcher avant d'en connaitre le dénouement. Ce polar, somme toute, très psychologique, entremêle  plusieurs intrigues et nous permet de cerner tous les principaux protagonistes du drame. Le lieu, les vallées perdues du Nord de la Grande-Bretagne, nous plonge dans la noirceur et la beauté des paysages et permet une ambiance sombre et oppressante. 


Nous faisons la connaissance de Ryan Lee, jeune paumé qui emprunte de l'argent à la mauvaise personne. Afin de rembourser son prêteur, le jeune homme kidnappe Vanessa afin de demander une rançon. Avant de mettre son plan en application, le voilà qui se retrouve en prison. Trois ans, c'est long et cette idée qui trotte dans sa tête, et dans la notre aussi : qu'est il advenu de Vanessa. 
Ensuite, il y a Nora, visiteuse de prison, esseulée sans personne à aimer. L'aubaine pour elle, un homme rien que pour elle, même si Ryan ne partage pas ses sentiments. Ensuite il y a Matthew, le mari de Vanessa qui ne sait pas ce qui est arrivé à sa femme et qui tente de survivre. Puis Alexia et Ken, des amis de Matthew auquel ils présentent Jenna, une jeune femme adorable. 
Voilà, le jeu de cache cache peut commencer : qui est qui ? Qui a fait quoi ? Autant de personnages, différents les uns des autres, que l'on suit au grès des avancées de l'intrigue et qui donnent un certain rythme. Puis tout s’accélère avec la disparition d'Alexia qui n'est pas s'en rappeler l'évaporation de Vanessa.

Comme dans tout type de lecture, nous essayons de deviner ce qui se passe, de trouver par nous même le meurtrier, et même si certaines choses sont assez faciles à comprendre, j'ai été totalement bluffée par le final qui m'a complétement étonnée. J'avoue je n'aurai jamais cherché dans cette direction et l'auteur a réussi à me faire douter et espérer...Magnifique moment de lecture

Posts les plus consultés de ce blog

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …

CENT MILLE MILLIARDS DE RECITS - Nicolas Brice Robin

Combien d'histoires différentes arriverez-vous à composer de votre vivant ? Non, ce livre ne peut pas générer une infinité d'histoires, juste assez pour satisfaire des générations et des générations sur des millénaires ! Composez méticuleusement votre histoire en tournant les volets de cet ouvrage un à un, ou bien remettez-vous en au hasard : le livre et votre imagination s'occuperont du reste ! Longue vie à l'auteur qui sommeille en vous ! Suite à une demande de l'auteur sur facebook, j'ai répondu favorablement à celle ci. Et puis, il faut bien le reconnaitre le titre a titillé ma curiosité. Cent mille milliards de récits dans un petit livre de 32 pages, couvertures comprises. Alors autant être honnête dès le début : je ne suis pas arrivée à cent mille milliards de récits. Je me suis arrêtée avant mais je dois reconnaitre que j'ai passé un très bon moment. Le principe de livre est simple : 16 phrases par page que l'on découpe jusqu'à la reliure. Ce …