Accéder au contenu principal

LES SUPREMES - Edward Kelsey Moore

Les personnages sont attachants et leur parcours nous fait revisiter des pans de l'histoire américaine: ségrégation raciale, années hippies, embourgeoisement, mondialisation.

Odette, Barbara Jean et Clarice ont passé la cinquantaine, vivent dans l'Indiana et possèdent une sacrée énergie pour affronter le temps, les maris, les souvenirs et les douleurs. Adolescentes, on les surnommait déjà Les Suprêmes, en hommage aux chanteuses de Baby Love, Diana Ross en tête, célébrées dans ces années 1970. Le nom leur est resté.
Odette possède le caractère affirmé de sa mère, qui voulait être la première Noire à accoucher dans un hôpital public. Cette battante a pris l'habitude de se lever la nuit pour discuter avec ses fantômes dans la cuisine. Barbara Jean est restée la plus jolie femme du coin, celle qui attirait les garçons comme des mouches et choisit de se marier avec un vieil et riche entrepreneur. Quant à Clarice, elle est toujours avec ce coureur de Richmond, pour qui elle a sacrifié une carrière de pianiste.


L'écriture ne fait pas de manières, laissant toute la place à ces personnages d'une grande authenticité et bouillonnant de volonté.
Ce roman de souvenirs appelle au calme et à la détente. Le lecteur est plongé dans l'univers des trois Suprêmes, chacune ayant à faire face à ses vieux démons. Le passé resurgit au fil des pages. L'auteur nous fait comprendre que de lourds secrets ont entaché l'existence d'Odette, Clarice et Barbara Jean, mais il est nécessaire de se laisser entraîner dans la machine à remonter le temps de leurs souvenirs, afin de découvrir petit à petit le fin mot de l'histoire. On ne devient que plus attaché à ces personnages forts en caractère et aux tempéraments si différents les uns des autres. 
Racisme, ségrégation, mais également maladie, adultère, prostitution et grenouilles de bénitiers se mêlent pour concocter un savant mélange détonnant qui éprouvera nos héroïnes de façons très particulières.
Les Suprêmes d'Edward Kelsey Moore est un roman touchant, mettant en scène des personnages auxquels on ne peut s'empêcher de s'attacher. Dans la lignée de La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett, vous ne regretterez pas cette plongée dans l'histoire de l'Amérique noire depuis les années 60 jusqu'à nos jours, vue au travers des existences tourmentées des trois héroïnes de ce livre.
Edward Kelsey Moore signe ici son premier roman et travaille actuellement à une suite. Dépêchez-vous de lire cet ouvrage avant qu'une adaptation cinématographique n'en soit tirée, ce qui me paraît incontournable, tant ce roman ferait un superbe film.
- See more at: http://unjourunlivre.blogspot.fr/2014/04/edward-kelsey-moore-les-supremes.html#sthash.Pu0XBLbK.dpuf
Ce roman de souvenirs appelle au calme et à la détente. Le lecteur est plongé dans l'univers des trois Suprêmes, chacune ayant à faire face à ses vieux démons. Le passé resurgit au fil des pages. L'auteur nous fait comprendre que de lourds secrets ont entaché l'existence d'Odette, Clarice et Barbara Jean, mais il est nécessaire de se laisser entraîner dans la machine à remonter le temps de leurs souvenirs, afin de découvrir petit à petit le fin mot de l'histoire. On ne devient que plus attaché à ces personnages forts en caractère et aux tempéraments si différents les uns des autres. 
Racisme, ségrégation, mais également maladie, adultère, prostitution et grenouilles de bénitiers se mêlent pour concocter un savant mélange détonnant qui éprouvera nos héroïnes de façons très particulières.

Les Suprêmes d'Edward Kelsey Moore est un roman touchant, mettant en scène des personnages auxquels on ne peut s'empêcher de s'attacher. Dans la lignée de La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett, vous ne regretterez pas cette plongée dans l'histoire de l'Amérique noire depuis les années 60 jusqu'à nos jours, vue au travers des existences tourmentées des trois héroïnes de ce livre.

Edward Kelsey Moore signe ici son premier roman et travaillerait à une suite.
 

Ce roman de souvenirs appelle au calme et à la détente. Le lecteur est plongé dans l'univers des trois Suprêmes, chacune ayant à faire face à ses vieux démons. Le passé resurgit au fil des pages. L'auteur nous fait comprendre que de lourds secrets ont entaché l'existence d'Odette, Clarice et Barbara Jean, mais il est nécessaire de se laisser entraîner dans la machine à remonter le temps de leurs souvenirs, afin de découvrir petit à petit le fin mot de l'histoire. On ne devient que plus attaché à ces personnages forts en caractère et aux tempéraments si différents les uns des autres. 
Racisme, ségrégation, mais également maladie, adultère, prostitution et grenouilles de bénitiers se mêlent pour concocter un savant mélange détonnant qui éprouvera nos héroïnes de façons très particulières.
Les Suprêmes d'Edward Kelsey Moore est un roman touchant, mettant en scène des personnages auxquels on ne peut s'empêcher de s'attacher. Dans la lignée de La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett, vous ne regretterez pas cette plongée dans l'histoire de l'Amérique noire depuis les années 60 jusqu'à nos jours, vue au travers des existences tourmentées des trois héroïnes de ce livre.
Edward Kelsey Moore signe ici son premier roman et travaille actuellement à une suite. Dépêchez-vous de lire cet ouvrage avant qu'une adaptation cinématographique n'en soit tirée, ce qui me paraît incontournable, tant ce roman ferait un superbe film.
- See more at: http://unjourunlivre.blogspot.fr/2014/04/edward-kelsey-moore-les-supremes.html#sthash.Pu0XBLbK.dpuf

Posts les plus consultés de ce blog

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …

CENT MILLE MILLIARDS DE RECITS - Nicolas Brice Robin

Combien d'histoires différentes arriverez-vous à composer de votre vivant ? Non, ce livre ne peut pas générer une infinité d'histoires, juste assez pour satisfaire des générations et des générations sur des millénaires ! Composez méticuleusement votre histoire en tournant les volets de cet ouvrage un à un, ou bien remettez-vous en au hasard : le livre et votre imagination s'occuperont du reste ! Longue vie à l'auteur qui sommeille en vous ! Suite à une demande de l'auteur sur facebook, j'ai répondu favorablement à celle ci. Et puis, il faut bien le reconnaitre le titre a titillé ma curiosité. Cent mille milliards de récits dans un petit livre de 32 pages, couvertures comprises. Alors autant être honnête dès le début : je ne suis pas arrivée à cent mille milliards de récits. Je me suis arrêtée avant mais je dois reconnaitre que j'ai passé un très bon moment. Le principe de livre est simple : 16 phrases par page que l'on découpe jusqu'à la reliure. Ce …