Accéder au contenu principal

LES SUPREMES - Edward Kelsey Moore

Les personnages sont attachants et leur parcours nous fait revisiter des pans de l'histoire américaine: ségrégation raciale, années hippies, embourgeoisement, mondialisation.

Odette, Barbara Jean et Clarice ont passé la cinquantaine, vivent dans l'Indiana et possèdent une sacrée énergie pour affronter le temps, les maris, les souvenirs et les douleurs. Adolescentes, on les surnommait déjà Les Suprêmes, en hommage aux chanteuses de Baby Love, Diana Ross en tête, célébrées dans ces années 1970. Le nom leur est resté.
Odette possède le caractère affirmé de sa mère, qui voulait être la première Noire à accoucher dans un hôpital public. Cette battante a pris l'habitude de se lever la nuit pour discuter avec ses fantômes dans la cuisine. Barbara Jean est restée la plus jolie femme du coin, celle qui attirait les garçons comme des mouches et choisit de se marier avec un vieil et riche entrepreneur. Quant à Clarice, elle est toujours avec ce coureur de Richmond, pour qui elle a sacrifié une carrière de pianiste.


L'écriture ne fait pas de manières, laissant toute la place à ces personnages d'une grande authenticité et bouillonnant de volonté.
Ce roman de souvenirs appelle au calme et à la détente. Le lecteur est plongé dans l'univers des trois Suprêmes, chacune ayant à faire face à ses vieux démons. Le passé resurgit au fil des pages. L'auteur nous fait comprendre que de lourds secrets ont entaché l'existence d'Odette, Clarice et Barbara Jean, mais il est nécessaire de se laisser entraîner dans la machine à remonter le temps de leurs souvenirs, afin de découvrir petit à petit le fin mot de l'histoire. On ne devient que plus attaché à ces personnages forts en caractère et aux tempéraments si différents les uns des autres. 
Racisme, ségrégation, mais également maladie, adultère, prostitution et grenouilles de bénitiers se mêlent pour concocter un savant mélange détonnant qui éprouvera nos héroïnes de façons très particulières.
Les Suprêmes d'Edward Kelsey Moore est un roman touchant, mettant en scène des personnages auxquels on ne peut s'empêcher de s'attacher. Dans la lignée de La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett, vous ne regretterez pas cette plongée dans l'histoire de l'Amérique noire depuis les années 60 jusqu'à nos jours, vue au travers des existences tourmentées des trois héroïnes de ce livre.
Edward Kelsey Moore signe ici son premier roman et travaille actuellement à une suite. Dépêchez-vous de lire cet ouvrage avant qu'une adaptation cinématographique n'en soit tirée, ce qui me paraît incontournable, tant ce roman ferait un superbe film.
- See more at: http://unjourunlivre.blogspot.fr/2014/04/edward-kelsey-moore-les-supremes.html#sthash.Pu0XBLbK.dpuf
Ce roman de souvenirs appelle au calme et à la détente. Le lecteur est plongé dans l'univers des trois Suprêmes, chacune ayant à faire face à ses vieux démons. Le passé resurgit au fil des pages. L'auteur nous fait comprendre que de lourds secrets ont entaché l'existence d'Odette, Clarice et Barbara Jean, mais il est nécessaire de se laisser entraîner dans la machine à remonter le temps de leurs souvenirs, afin de découvrir petit à petit le fin mot de l'histoire. On ne devient que plus attaché à ces personnages forts en caractère et aux tempéraments si différents les uns des autres. 
Racisme, ségrégation, mais également maladie, adultère, prostitution et grenouilles de bénitiers se mêlent pour concocter un savant mélange détonnant qui éprouvera nos héroïnes de façons très particulières.

Les Suprêmes d'Edward Kelsey Moore est un roman touchant, mettant en scène des personnages auxquels on ne peut s'empêcher de s'attacher. Dans la lignée de La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett, vous ne regretterez pas cette plongée dans l'histoire de l'Amérique noire depuis les années 60 jusqu'à nos jours, vue au travers des existences tourmentées des trois héroïnes de ce livre.

Edward Kelsey Moore signe ici son premier roman et travaillerait à une suite.
 

Ce roman de souvenirs appelle au calme et à la détente. Le lecteur est plongé dans l'univers des trois Suprêmes, chacune ayant à faire face à ses vieux démons. Le passé resurgit au fil des pages. L'auteur nous fait comprendre que de lourds secrets ont entaché l'existence d'Odette, Clarice et Barbara Jean, mais il est nécessaire de se laisser entraîner dans la machine à remonter le temps de leurs souvenirs, afin de découvrir petit à petit le fin mot de l'histoire. On ne devient que plus attaché à ces personnages forts en caractère et aux tempéraments si différents les uns des autres. 
Racisme, ségrégation, mais également maladie, adultère, prostitution et grenouilles de bénitiers se mêlent pour concocter un savant mélange détonnant qui éprouvera nos héroïnes de façons très particulières.
Les Suprêmes d'Edward Kelsey Moore est un roman touchant, mettant en scène des personnages auxquels on ne peut s'empêcher de s'attacher. Dans la lignée de La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett, vous ne regretterez pas cette plongée dans l'histoire de l'Amérique noire depuis les années 60 jusqu'à nos jours, vue au travers des existences tourmentées des trois héroïnes de ce livre.
Edward Kelsey Moore signe ici son premier roman et travaille actuellement à une suite. Dépêchez-vous de lire cet ouvrage avant qu'une adaptation cinématographique n'en soit tirée, ce qui me paraît incontournable, tant ce roman ferait un superbe film.
- See more at: http://unjourunlivre.blogspot.fr/2014/04/edward-kelsey-moore-les-supremes.html#sthash.Pu0XBLbK.dpuf

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

LA LOUVE CATHARE - CALMEL, Mireille

Paris, novembre 1226, quelques jours avant le couronnement de saint Louis… L’impétueuse Griffonelle, petite voleuse de seize ans, assiste en pleine rue au meurtre sauvage de sa mère. Rapidement, les soupçons se portent sur Amaury de Montfort, le fils de celui qui a mené la croisade en Occitanie et brûlé des centaines de cathares. Pourquoi ce crime abominable ? à son tour, Griffonelle est la cible de Montfort. De la religion cathare, pourtant, la jeune femme ne sait rien. Il la traque, exigeant qu’elle lui remette une carte dont elle ignore jusqu’à l’existence ; une carte recherchée par les proches du roi et qui mènerait à une mine d’or cachée en Occitanie, au cœur de la Montagne Noire. Pour échapper à cet homme et survivre, elle doit découvrir au plus vite ce que sa mère a dissimulé. Mais bientôt, tandis que les assassinats se multiplient dans l’entourage du roi, l’impitoyable vengeance d’une femme plane sur Griffonelle… Une femme dont le nom est à jamais maudit : la Lou

NICKEL BOYS - WHITEHEAD, Colson

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à cœur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l'université pour y faire de brillantes études, il voit s'évanouir ses rêves d'avenir lorsque, à la suite d'une erreur judiciaire, on l'envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s'engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu'il s'agit en réalité d'un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d'amitié. Mais l'idéalisme de l'un et le scepticisme de l'autre auront des conséquences déchirantes. Couronné en 2017 par le prix Pulitzer pour Underdground Railroad puis en 2020 pour Nickel Boys, Colson Whitehead s'inscrit dans la lignée des rares romanciers distingués à deux reprises par cette prestigieuse récompe

TOUS LES MATINS, ELLE BOITAIT - SCHILGE, Mélinda

Jeanne cherche à reprendre pied entre l’exubérance de la vie parisienne pendant les années folles et la découverte de sa famille alsacienne qui vient de redevenir française.   C'est la couverture qui m'a tout de suite attirée. Je l'ai trouvé lumineuse, de très belles couleurs. Cette femme seule devant la Tour Eiffel. Et puis, dans la présentation de l'auteure faisait allusion à la vie parisienne dans les années folles. Années que je trouve intéressante avec cette liberté qui pulse et qui permet à la population de découvrir de nouvelles sensations, de nouvelles envies. Nous ne sommes pas dans les années folles même si le livre commence par le récit d'une soirée déjantée dans un club de jazz en 1928. Nous sommes à la sortie de la première guerre mondiale. Jeanne, notre héroïne, papillonne dans les soirées mondaines et artistiques. Née d'un père artiste peintre qui a du mal à percer et d'une mère journaliste, Jeanne est libre de ses pensées. Elle n'hésite p