Accéder au contenu principal

CADRES NOIRS - LEMAITRE, Pierre

Issu d'un fait divers qui a défrayé la chronique lorsque le patron d'un grand groupe de média a voulu simuler une prise d'otage lors d'une opération de sélection interne, Pierre Lemaître y adjoint le contexte - ô combien actuel - du chômage des seniors pour nous offrir un livre absolument bouleversant et magnifique.
A l’heure ou de nombreux sondages nous montrent les Français épuisés par le travail et désespérés par le chômage, ce roman noir de Pierre Lemaitre tombe à pic. Nous sommes dans un monde où des manutentionnaires gagnent 585 euros brut par mois et où les cadres, s’ils veulent croire en leur utilité, en leur mission, s’identifient à leur patron « avec une force de conviction dont les patrons ne rêveraient même pas. »
Quinquagénaire, donc bon à jeter, le personnage principal a dû accepter un petit boulot quand il s’est retrouvé au chômage (il était pourtant DRH) après la fusion de son entreprise avec une société belge. Son conseiller pôle emploi voit en lui un modèle de chômeur car il a renoncé à l’idée de trouver du travail, sans pour autant renoncer à en chercher. Avec des types comme moi, dit-il, « le système a l’éternité devant lui. »
Après quatre ans de galère, il a la lucidité de se sentir largué car il ne maîtrise plus le discours de l’efficience entrepreneuriale

Alain Delambre est un cadre de cinquante-sept ans anéanti par quatre années de chômage sans espoir. A son sentiment de faillite personnelle s’ajoute bientôt l’humiliation de se faire botter l’arrière-train par un petit chef, turc qui plus est. Aussi quand un employeur accepte enfin - divine surprise ! - d’étudier sa candidature, Alain Delambre est prêt à tout : à emprunter une somme d’argent considérable, à se disqualifier aux yeux de sa femme, de ses filles et même à participer à l’ultime épreuve de recrutement, un jeu de rôle sous la forme d’une prise d’otages
Ce jeu de rôle pour adultes en perdition est organisé pour le bénéfice de l’entreprise Exxyal-Europe, une grande du pétrole dont, visionnaire, Lemaitre nous prévient que l’un de ses objectifs principaux « consiste à rapprocher les activités de raffinage des lieux de production », ce qui entraînera la fermeture de plusieurs raffineries en Europe.
Avec toutes les ressources de son corps et de son esprit, Alain Delambre s’engage dans ce combat pour regagner sa dignité, sans se rendre vraiment compte qu’il s’engouffre dans une spirale affolante qui devrait, si nous étions dans un roman réaliste, l’entraîner vers une mort violente. Bien lui prend de ne pas se rendre compte, dès le début de son aventure, que les dés sont pipés, qu’en aucun cas les recruteurs n’envisagent de recourir à ses services.
Le roman est remarquablement bien mené. Il se divise en trois parties : la première et la dernière offrant le point de vue du héros, la partie du milieu étant narrée par le " méchant ". Cette alternance des voix narratives nous permet de comprendre - sans les excuser - les motivations profondes de la partie adverse (les « partenaires sociaux », comme on dit aujourd’hui) et d’intensifier le suspense dès lors que l’on perd de vue la cause du chômeur quinquagénaire. Le lecteur ne connaîtra ses vraies motivations qu’à la toute fin de l’histoire.
C’est une constante dans les ouvrages de Lemaitre : les événements malheureux s’enchaînent de manière inéluctable, chaque acte posé par les personnages les conduisant à leur perte. Il ne suffit pas à Delambre d’être un vieux travailleur au chômage, d’être humilié après avoir servi la cause de l’entreprise, d’être diminué dans le regard de ses proches qui l’aiment : sa révolte - purement individuelle, ne l’oublions pas - est implacablement destructrice.
Le héros ne parviendra à ses fins qu’en jouant sa vie et celle des siens sur un coup de dé. 

Un livre qui donne à réfléchir, jusqu'où serions-nous capables d'aller pour retrouver notre dignité ? Comment supporter ce monde économique intransigeant et inhumain.

Si l'on en croit le site Allociné, le film serait en préparation avec Albert Dupontel et Sandrine Bonnaire comme acteurs principaux. A suivre.... Le film en préparation





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LA LOUVE CATHARE - CALMEL, Mireille

Paris, novembre 1226, quelques jours avant le couronnement de saint Louis… L’impétueuse Griffonelle, petite voleuse de seize ans, assiste en pleine rue au meurtre sauvage de sa mère. Rapidement, les soupçons se portent sur Amaury de Montfort, le fils de celui qui a mené la croisade en Occitanie et brûlé des centaines de cathares. Pourquoi ce crime abominable ? à son tour, Griffonelle est la cible de Montfort. De la religion cathare, pourtant, la jeune femme ne sait rien. Il la traque, exigeant qu’elle lui remette une carte dont elle ignore jusqu’à l’existence ; une carte recherchée par les proches du roi et qui mènerait à une mine d’or cachée en Occitanie, au cœur de la Montagne Noire. Pour échapper à cet homme et survivre, elle doit découvrir au plus vite ce que sa mère a dissimulé. Mais bientôt, tandis que les assassinats se multiplient dans l’entourage du roi, l’impitoyable vengeance d’une femme plane sur Griffonelle… Une femme dont le nom est à jamais maudit : la Lou

NICKEL BOYS - WHITEHEAD, Colson

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à cœur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l'université pour y faire de brillantes études, il voit s'évanouir ses rêves d'avenir lorsque, à la suite d'une erreur judiciaire, on l'envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s'engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu'il s'agit en réalité d'un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d'amitié. Mais l'idéalisme de l'un et le scepticisme de l'autre auront des conséquences déchirantes. Couronné en 2017 par le prix Pulitzer pour Underdground Railroad puis en 2020 pour Nickel Boys, Colson Whitehead s'inscrit dans la lignée des rares romanciers distingués à deux reprises par cette prestigieuse récompe

TOUS LES MATINS, ELLE BOITAIT - SCHILGE, Mélinda

Jeanne cherche à reprendre pied entre l’exubérance de la vie parisienne pendant les années folles et la découverte de sa famille alsacienne qui vient de redevenir française.   C'est la couverture qui m'a tout de suite attirée. Je l'ai trouvé lumineuse, de très belles couleurs. Cette femme seule devant la Tour Eiffel. Et puis, dans la présentation de l'auteure faisait allusion à la vie parisienne dans les années folles. Années que je trouve intéressante avec cette liberté qui pulse et qui permet à la population de découvrir de nouvelles sensations, de nouvelles envies. Nous ne sommes pas dans les années folles même si le livre commence par le récit d'une soirée déjantée dans un club de jazz en 1928. Nous sommes à la sortie de la première guerre mondiale. Jeanne, notre héroïne, papillonne dans les soirées mondaines et artistiques. Née d'un père artiste peintre qui a du mal à percer et d'une mère journaliste, Jeanne est libre de ses pensées. Elle n'hésite p