Accéder au contenu principal

LE LOUP DE WALL STREET

LE LIVRE

Ce livre a été écrit bien après les heures de gloire du trader fou, après sa rédemption, et son récit est avant tout un repentir en bonne et due forme, Belfort écrivant à plusieurs reprises que ce style de vie était celui de riches détraqués et complètement déconnecté du réel.
Et, plus j'avançais dans ma lecture et plus je me disais, que si la moitié de ce qui était écrit était vrai, cela était suffisant pour donner à cet ouvrage une force singulière. En fait, le langage est simple et direct ; jamais la moindre périphrase ou expression de "confort". Le langage est très cru et rude ; à ne pas mettre sous des yeux un peu délicats. Ce qui me frappe, c'est que les aventures de Jordan Belfort fascinent autant qu'elles écœurent : on finit par continuer la lecture, presque pour voir jusqu’où cet homme aura été capable de descendre, et avec quelle impitoyable lucidité, sans se trouver la moindre excuse, il fouillera lui même dans les bas-fonds de sa conscience.
Depuis ces aventures "sexo-droguo-fiancières", il s'est racheté une conduite; ou plutôt, après son arrestation par le FBI, un séjour en prison a sans doute contribué a lui mettre un peu de plomb dans la tête.
Même si je me garde bien de généraliser, son récit soulève aussi le couvercle d'une marmite ou grenouillent un certain nombre de traders totalement déconnectés de toute réalité. Par de nombreux côtés, et même dans ses errements passés, l'homme est finalement attachant ... et supérieurement intelligent, en tout cas.
Un récit que l'on ne risque guère d'oublier. Le style percutant, cru ( parfois même très cru), parfois plein d'humour et incisif de Belfort m'a happé. L'écriture de ce récit a certainement permis à Jordan Belfort de retrouver une partie de sa lucidité qu'il avait totalement perdu au moment de sa période dorée, mais il n’empêche qu'on a du mal à s'enlever de la tête l'idée que, sans la prison et la déchéance qu'il a connu, il aurait continué à agir de la sorte.
Bref, un récit captivant et incisif sur un personnage qu'on a quand même énormément de mal à trouver attachant et pleinement sincère dans sa tentative d'auto réhabilitation.

LE FILM

Rien que pour Léonardo DiCaprio, ce film vaut le coup. J'adore cet acteur car je trouve qu'il rend vivant tous ses personnages par son jeu, sa gestuelle, ses mimiques.
A 71 ans, Martin Scorsese, qui n'a plus rien à prouver (si ce n'est à lui-même ?), aurait pu signer un film tranquille et gentil comme son Hugo Cabret. Moyennant quoi, avec Le loup de Wall Street, le voici qui se lâche totalement, outrepasse les limites du bon goût et réalise une véritable bombe cinématographique qui ferait passer Tarantino ou Oliver Stone pour des auteurs de bluettes. Enorme, excessif, démesuré, extravagant, ce portrait d'un courtier en bourse qui ne vit que pour l'argent, la drogue et les femmes. A côté, les gangsters des Affranchis ont presque l'air de garçons en culottes courtes. Cynisme et cupidité à tous les étages, Scorsese se délecte des dérives outrancières et scandaleuses de son "héros" sans morale, si ce n'est celle du plaisir. Il y a dans Le loup de Wall Street une bonne demi-douzaine de scènes d'anthologie dont la mise en scène épouse les contours avec une virtuosité sidérante. Dans cette symphonie fantastique, Leonardo DiCaprio repousse lui aussi ses limites. Il est gigantesque, mêmes ceux qui ont toujours émis des doutes sur son talent ne pourront qu'en convenir. De très bons seconds rôles le secondent, la plupart 'inconnus au bataillon excepté Matthew McConaughey, dévastateur, et notre Jean Dujardin, hilarant. Scorsese a remis les pendules à l'heure : le plus grand metteur en scène américain vivant, c'est bien lui. La caméra virevolte de personnage en personnage, le montage est rythmé et la narration appuyé par une voie-off divinement écrite et une B.O absolument mortelle. C'est vraiment le Scorsese que j'aime. Saluons aussi interprétation de Jonah Hill, qui en a enfin finit de ses rôles de puceau dans des comédies, pour incarner ici un courtier adipeux aux dents fluorescente presque aussi détestable que son acolyte.
Je dois reconnaitre que la deuxième partie du film est hilarante. Voir tous ses requins essayer de prendre la fuite, de protéger leurs acquis, c'est tordant. Trois heures de pur bonheur.


Posts les plus consultés de ce blog

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …

CENT MILLE MILLIARDS DE RECITS - Nicolas Brice Robin

Combien d'histoires différentes arriverez-vous à composer de votre vivant ? Non, ce livre ne peut pas générer une infinité d'histoires, juste assez pour satisfaire des générations et des générations sur des millénaires ! Composez méticuleusement votre histoire en tournant les volets de cet ouvrage un à un, ou bien remettez-vous en au hasard : le livre et votre imagination s'occuperont du reste ! Longue vie à l'auteur qui sommeille en vous ! Suite à une demande de l'auteur sur facebook, j'ai répondu favorablement à celle ci. Et puis, il faut bien le reconnaitre le titre a titillé ma curiosité. Cent mille milliards de récits dans un petit livre de 32 pages, couvertures comprises. Alors autant être honnête dès le début : je ne suis pas arrivée à cent mille milliards de récits. Je me suis arrêtée avant mais je dois reconnaitre que j'ai passé un très bon moment. Le principe de livre est simple : 16 phrases par page que l'on découpe jusqu'à la reliure. Ce …