lundi 21 mars 2016

CE QU'IL ADVINT DU SAUVAGE BLANC - GARDE, François

Téléchargé
Au milieu du XIXe siècle, Narcisse Pelletier, un jeune matelot français, est abandonné sur une plage d'Australie. Dix-sept ans plus tard, un navire anglais le retrouve par hasard : il vit nu, tatoué, sait chasser et pêcher à la manière de la tribu qui l'a recueilli. Il a perdu l'usage de la langue française et oublié son nom.
Que s'est-il passé pendant ces dix-sept années ? C'est l'énigme à laquelle se heurte Octave de Vallombrun, l'homme providentiel qui prend sous son aile à Sydney celui qu'on surnomme désormais le « sauvage blanc ».

Narcisse Pelletier s'engage comme mousse car il n'y a plus de place pour lui à la ferme familiale. Une traversée dramatique sous la houppe d'un commandant qui ne sait pas lire les cartes. Perdu au milieu de l'océan avec des marins malades ou mourants, le navire fait une halte dans une anse de la côte australienne à la recherche d'eau. Mais la marée monte et le navire doit appareiller sous risque de se trouver prisonnier. Narcisse Pelletier, qui s'était éloigné du groupe, se retrouve seul sur ce ban de sable hostile. 

C'est un récit à deux voix. On alterne entre le récit de la vie de Narcisse parmi les sauvages et les rapports qu'Octave adresse au président de la Société de géographie, dans lesquels il consigne rigoureusement les étapes de la difficile réadaptation ou rééducation de celui qu'il considère à la fois comme un sujet d'étude et un élève.



Ce récit a pour point de départ une histoire vraie : Alphonse Narcisse Pierre Pelletier, né le 1er janvier 1844 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie est retrouvé dix huit ans après son abandon sur une île d'Australie.
Cette histoire n'est pas sans rappeler un grand classique de l'aventure : Robinson Crusoé.
Présenté comme cela, ce livre semble avoir tout pour plaire. Mais, voilà, assez vite je me suis ennuyée. La partie Narcisse est très intéressante même si celui ci ne fait jamais récit de ses aventures. Dépaysement garanti sur cette île aride et ce groupe d’aborigènes hors du temps. Concernant la partie d'Octave, je n'ai pas accroché. C'est monotone et cela ne nous apprend pas grand chose sur la réinsertion de Narcisse. Il est décrit comme silencieux, toujours hors norme de part son comportement, s'adaptant sans s'adapter au monde moderne. La fin du livre est bizarre : Narcisse a disparu. Est il retourné sur son île ? J'aimerais le croire mais d'après les articles sur internet, il a mené une vie normale.