jeudi 26 février 2015

TOUS LES DEMONS SONT ICI - JOHNSON, Craig

Craig Johnson sort chaque début d'année une nouvelle aventure de Walt Longmire, son shériff du comté d'Absaroka, colosse bourru mais O combien symphatique, dont je suis fan. J'ai même téléchargé la série télévisée mais celle ci m'a déçue. Je n'ai pas retrouvé Walt et surtout Henry, mais ça c'est une autre histoire.
Cette fois, Craig Johnson envoie son héros seul, à la poursuite d'un dégénéré, un prisonnier enfuit brutalement d'un convoi de détenus. Commence alors une traque  impitoyable dans un blizzard de folie, et dont le dénouement culmine à presque 4000 mètres d’altitude sur un sommet des Bighorn. Bon, je vous l'accorde, c'est un peu dur à avaler et j'ai vraiment eu, par moment, beaucoup de mal. 
Raynaud Shade est un sale type doublé d'un grand psychopathe. Avec deux autres détenus, il est convoyé par Walt Longmire à la frontière de l'Etat pour aider le FBI à retrouver les ossements d'un gamin qu'il aurait assassiné. Evidemment, malgré le FBI et tous les moyens déployés, rien ne se passe comme prévu.  Shade, bénéficiant d'une complicité, parvient à s’enfuir, semant sur sa piste véhicules accidentés ou abandonnés, morts et blessés. Ossements aussi… Il s'enfuit avec les autres prisonniers et deux otages. Direction, le haut des Bighorns, Cloud Peak et ses 4 000 mètres d'altitude. Un vrai cul-de-sac. Représentant de l'ordre le plus proche des événements, Walt part à sa poursuite, sans attendre les renforts qui sont pourtant en route. Une poursuite faite de gelures, d'apparitions indiennes, de morts qui rôdent... Un magnifique huit clos montagnard.
 
Comme d'habitude, ce n’est pas l’intrigue qui passionne dans les romans de Craig Johnson. Non, c’est plutôt l’atmosphère, le cadre, une nature immense, hostile mais d’une grande beauté. C’est aussi la culture indienne qui habite le récit et lui confère une aura fantastique. Avec Tous les démons sont ici, Craig Johnson s'arrête beaucoup plus sur les descriptions jonglant avec des images fortes et pesantes tout droit sorties de l'Enfer de Dante. L'écriture est plus exigeante afin de mêler au décor, les pensées et les délires de Longmire au cours desquels il rencontrera Virgil White Buffalo, un Indien encore plus colossal que lui, affublé d’une carcasse de grizzli, grand amateur de bourbon et de friandises chocolatées. Un personnage haut en couleurs, comme aime à les imaginer Johnson. Craig Johnson confirme aussi son amour de la nature même quand celle-ci est dangereuse et dominante.