mardi 22 avril 2014

MAPUCHE - FÉREY, Caryl

Un Mapuche est un indien d'Amérique du Sud.
Mapuche signifie "peuple de la Terre".
Les indiens mapuches habitent le sud de la région andine entre le Chili et l'Argentine
Avec Mapuche, Caryl Férey a posé ses valises en Argentine.
Une scène choc ouvre le livre : un paquet jeté dans l'océan depuis un avion, paquet qui ouvre les yeux, vision d'un être humain précipité dans le vide !... On se doute dès lors que le voyage ne sera pas de tout repos. «A deux mille mètres, la mer est un mur de béton». L'histoire se dessine avec les contours de cinq personnages principaux : Jana, Paula, Luz, Ruben, Maria Victoria. Jana est indienne, issue du peuple Mapuche qui donne son titre au roman. Elle est venue étudier les Beaux Arts à l'université de Buenos Aires. Faute de ressources - la crise financière de 2001-2002 a provoqué la banqueroute du pays qui s'enfonce dans la misère, les émeutes, les manifestations et les pillages - elle a survécu en se prostituant, dormant dans des parcs, des squats, fréquentant le monde interlope des bars et des boîtes où elle a rencontré Paula, un travesti. Ces deux-là sont devenues amies dans l'adversité. Pendant que Paula partage son temps entre le tapin et la blanchisserie tenue par sa mère à demi folle, Jana se bat avec elle-même dans son atelier, construisant avec rage d'immenses sculptures de fer en hommage à la mémoire de son peuple sur lequel on a tiré à vue dans la pampa - massacre perpétré par les chrétiens qui les ont dépossédés de leurs terres. Un soir, Paula, inquiète, vient trouver Jana. Luz, un ami travesti avec qui elle avait rendez-vous, a disparu. Les voilà parties à sa recherche, errant dans la nuit de Buenos Aires au volant d'une vieille Ford. Dans le quartier du port, des gyrophares les alertent. La police a trouvé un corps flottant dans l'eau au milieu des détritus. Le cadavre, émasculé, - «Pénis, testicules, tout avait été sectionné du pubis au scrotum. Il ne restait qu'une plaie noire, malsaine, mêlée à la vase»- est celui de Luz.

Devant les lenteurs de l'enquête, les deux amies, bien conscientes que la mort d'un travesti n'intéresse pas les flics, décident d'avoir recours à un détective privé. L'annuaire et le hasard d'une adresse, proche de la blanchisserie de la mère de Paula, les décident à contacter Ruben Calderon. Lui aussi a vécu une histoire personnelle cruelle puisqu'il est l'un des rares rescapés des arrestations arbitraires qui étaient monnaie courante sous la dictature. Il a érigé une chape de silence sur la mort de sa petite sœur et de son père, poète, qui ne sont jamais ressortis d'un des 340 camps de concentration et d'extermination, où l'on savait torturer de main de maître (l'Argentine, terre d'accueil des criminels de guerre, a su reconvertir anciens nazis et membres de l'OAS en Algérie). Alors que sa mère rejoint le mouvement de résistance pacifiste des Mères de la Place de Mai, Ruben a créé son agence de détectives, non pas pour retrouver des disparus - la plupart ayant été liquidés - mais les responsables qui n'ont jamais été inquiétés. Quand Jana sonne à sa porte, il est déjà sur une affaire : un de ses amis journaliste lui a demandé d'enquêter sur la disparition de Maria Victoria Campallo, photographe, fille d'un riche entrepreneur qui a réussi dans les affaires...

Les différentes trajectoires des personnages vont progressivement se rejoindre pour composer un grand roman dense et fouillé, à l'écriture maîtrisée, comme une eau-forte qui serait gravée en trois couleurs : la noirceur des abominations humaines, le rouge des blessures de l'Histoire de l'Argentine qui n'en finissent pas de saigner, et le blanc des pics enneigés de l'Aconcagua, «la Sentinelle de Pierre», qui se perdent dans les nuages.
Ce livre en apprendra beaucoup sur l’histoire de la dictature militaire en Argentine, de 1976 à 1983, à ceux qui ne la connaissent pas. Les missions de purification qui terrorisaient la population avec enlèvement des personnes jugées subversives qui étaient ensuite torturées dans des Centres de Traitement. L’ESMA, l’Ecole supérieure de mécanique de la marine est le plus tristement célèbre. Ses sous-sols étaient de véritables usines de mort dans lesquelles on torturait et assassinait. Situé à proximité des stades de Buenos Aires où se jouaient les matches de la coupe du monde de football de 1978, dans la liesse populaire, avec l’absolution de la communauté internationale qui ne tenait pas à gâcher le Mundial. On enlevait des bébés de gens de classe modeste pour les confier à des couples stériles proches du pouvoir, on fabriquait de faux document et le plus souvent on faisait disparaître les vrais parents. Les bébés étaient confiés à des parents adoptifs, les Apropiadors. Les listes d’attente étaient longues et les passe-droits de mise. Les Mères de la place de Mai, un lange de bébé sur la tête, comme symbole de leurs enfants volés, défiaient ouvertement le pouvoir. Le haut clergé de l’Eglise catholique, quand il ne collaborait pas ouvertement avec les tortionnaires, regardait pudiquement ailleurs. C’est de qui a valu au nouveau pape François quelques questions sur son attitude d’alors.
Âmes sensibles s'abstenir, les scènes de tortures sont très dures. Il faut savoir que ces mères ont été nommées prix Nobel de la paix en 2010. Bravo à ces femmes courages.