Accéder au contenu principal

LE LIVRE DES BALTIMORE - DICKER, Joel

Téléchargé
Dans ma ville, j'ai été la première acheteuse de ce livre ; ma libraire venait de le recevoir et n'avait pas encore déballé ses cartons lorsque j'ai déboulé hors d'haleine. Il me le fallait, je ne pouvais pas attendre. J'avais tellement aimé "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" qu'il était impossible, dans ma tête, d'être déçue par ce deuxième roman.

Joël Dicker ne quitte pas la côte Est. Le Livre des Baltimore se situe toujours à flanc d’océan. Et l’on retrouve surtout Marcus Goldman en personne, le héros de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert.
Il quitte pour cela New York et son hiver glacé pour la touffeur tropicale de Boca Raton en Floride. C’est là qu’il décide d’écrire sur sa propre famille. Marcus vient des Goldman de Montclair: classe moyenne, maison banale à Montclair, petite ville dans la banlieue de New York. Rues à la Hopper, avec maisons de briques. Marcus a grandi dans la fascination pour l’autre branche de la famille, les Goldman de Baltimore, le grand port sur l’Atlantique, porte d’entrée historique pour de nombreux migrants. Ces Goldman-là habitent une grande demeure somptueuse dans la banlieue riche de la ville. L’oncle Saul est un avocat de renom. Tante Anita est médecin à l’Hôpital John Hopkins. Il y a aussi Hillel, leur fils, provocateur inspiré, et Woody, fils adopté par le couple, sauvé des gangs et qui rêve d’une carrière dans le football.

Deux familles, les Baltimore et les Montclair, et pourtant, une seule famille. Enfant, on trouve toujours que la famille de nos cousins ou de nos amis est toujours mieux que la nôtre, qu'on aimerait tellement vivre avec eux, que notre famille est nulle... Voilà ce qui arrive à Marcus pendant sa jeunesse. Les Baltimore ont tout : l'argent, les belles maisons, la réussite... alors que les Montclair ont la vie banale des gens qui vivent tranquillement. Mais voilà, qu'y a t il derrière les façades ? Voilà ce que va découvrir Marcus en retraçant la vie de sa famille qu'un Drame, fil rouge de l'histoire, a fait éclater en mille morceaux.
Vous dire que mon impatience a été comblé ? Oui, mais... J'ai adoré ce livre même si j'ai trouvé le début un peu gnangnan. J'ai vraiment accroché quand Marcus a réellement commencé à plonger dans sa famille et ses secrets. Au début, le mot Drame revenait souvent et je trouvais cela un peu barbant. Le Drame, quel drame ? On tourne autour du pot au bon vouloir de l'auteur qui distille miette par miette ses indices. Et puis petit à petit, le schéma se dessine et alors là, on accélère la lecture : c'est pas possible, ça ne va pas finir comme cela ? Et bien, je vous rassure, ça ne finit pas comme cela, c'est pire et on se laisse happer la tragico comédie qui se déroule au fil des pages. Quant on arrive, enfin, au Drame, on se demande pourquoi le livre continu et là, nous revoilà aspiré par une fin tout à fait inattendue et imprévisible.
J'ai beaucoup aimé, même si j'ai préféré le premier roman. L'écriture est toujours efficace et prenante. Ce que je regrette, c'est que l'on voit assez rapidement le schéma, même si je me suis trompée, pas de beaucoup, et que l'on devine quels sont les principaux acteurs du Drame. 
Bravo à l'auteur et vivement ses prochains romans.

Posts les plus consultés de ce blog

LIBERTE JE DESSINE TON VISAGE - TARASSOT, Olivier

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique.
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.
Comme je l'ai signifié à l'auteur, ce fut pour ma part une lecture pénible. En effet, comme de nombreuses personnes, j'ai perdu une connaissance dans les attentats du Bataclan. Heureusement, ce n'était pas un proche mais il est toujours pénible de pouvoir mettre une voix sur des photos qui défilent à la télé.

BOREAL - DELZONGLE, Sonja

Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.
 Voici une lecture glaçante. Glaçant dans tous les sens du terme. Glaçant parce que nous sommes au cœur de la nuit Arctique avec ces conditions extrêmes. Glaçant par le récit …

CENT MILLE MILLIARDS DE RECITS - Nicolas Brice Robin

Combien d'histoires différentes arriverez-vous à composer de votre vivant ? Non, ce livre ne peut pas générer une infinité d'histoires, juste assez pour satisfaire des générations et des générations sur des millénaires ! Composez méticuleusement votre histoire en tournant les volets de cet ouvrage un à un, ou bien remettez-vous en au hasard : le livre et votre imagination s'occuperont du reste ! Longue vie à l'auteur qui sommeille en vous ! Suite à une demande de l'auteur sur facebook, j'ai répondu favorablement à celle ci. Et puis, il faut bien le reconnaitre le titre a titillé ma curiosité. Cent mille milliards de récits dans un petit livre de 32 pages, couvertures comprises. Alors autant être honnête dès le début : je ne suis pas arrivée à cent mille milliards de récits. Je me suis arrêtée avant mais je dois reconnaitre que j'ai passé un très bon moment. Le principe de livre est simple : 16 phrases par page que l'on découpe jusqu'à la reliure. Ce …