mardi 17 janvier 2017

L'ESPIONNE - COELHO, Paulo

L'histoire de la célèbre aventurière Mata Hari, fusillée à Vincennes en 1917 pour espionnage et trahison, par le biais d'une série de lettres écrites à son avocat depuis la prison de Saint-Lazare.
Arrivée à Paris sans un sou en poche, Mata Hari s’impose rapidement comme une danseuse vedette du début du XXe siècle. Insaisissable et indépendante, elle séduit le public, ensorcelle les hommes les plus riches et les plus puissants de l’'époque. Mais son mode de vie flamboyant fait scandale et attire bientôt les soupçons tandis que la paranoïa s'’empare du pays en guerre. Arrêtée en 1917 dans sa chambre d'’hôtel sur les Champs-Élysées, elle est accusée d’'espionnage.
En faisant entendre la voix de Mata Hari, Paulo Coelho nous conte l’'histoire inoubliable d'’une femme qui paya de sa vie son goût pour la liberté.
Mata Hari... Un nom que tout le monde connait. Une femme connue comme étant le première danseuse qui a osé se dévêtir sur scène. Mata Hari, qui a prêté allégeance à l'Allemagne. Oui, mais voilà, entre la rumeur et la réalité il y a un fossé que Paulo Coelho comble avec cette biographie romancée. Ce roman epistolaire est écrit à la première personne puisque c'est Mata Hari qui écrit une lettre à son avocat. Elle espère toujours être graciée et raconte, par écrit sa vie à cet avocat qui l'a si mal représentée. Nous découvrons sa vie d'avant, lorsqu'elle s'appelait encore Margaretha Zelle, jeune fille hollandaise qui ne voit que deux solutions à sa vie : devenir institutrice ou trouver un mari qui l'emmène découvrir d'autres cieux. Elle choisit la deuxième solution, pour le meilleur mais surtout pour le pire. Après sa fuite, elle découvre Paris et sa vie facile. Oui elle vend son corps car elle a un besoin insatiable d'argent. Oui elle a été approchée par les allemands, mais elle n'a pris que l'argent et est allée aussitôt trouver les autorités françaises pour dénoncer cette approche. Oui, elle vivait dans son monde de frivolité et n'a pas pris concience de la guerre. Et surtout... Elle n'a pas tenu compte que juste avant elle, il y avait Dreyfus et son fiasco juridique. Une police humiliée qui voulait sa revanche, qui voulait retrouver ses lettres de noblesse. Mata Hari, c'est l'affaire Dreyfus au féminin. Aucune preuve, aucun témoignage concret... Et pourtant, par un froid matin d'ocotbre 1917, Mata Hari est tombée sous les balles du peloton d'exécution pour espionnage.
Ce roman est vraiment trop court tellement il est captivant. L'écriture est fluide et poignante. L'histoire de cette femme hors norme ne demande qu'à être connue et reconnue. La lecture est entrecoupée de photos à différents stades de sa vie ce qui rend ce personnage encore plus humain.