jeudi 3 septembre 2015

A LA GRACE DES HOMMES - KENT, Hannah

Téléchargé
Agnes Magnúsdóttir, servante dans l'Islande austère et violente du XIXe siècle, est condamnée à mort pour l'assassinat de son amant et placée dans une ferme reculée en attendant son exécution. Horrifiés à l'idée d'héberger une meurtrière, le fermier, sa femme et leurs deux filles évitent tout contact avec Agnes, qui leur inspire autant de peur que de dégoût. Seul Tóti, le révérend chargé de préparer la jeune femme à sa fin prochaine, tente de la comprendre. Au fil des mois, Agnes raconte sa vérité, aussi terrible soit-elle à accepter. Mais la justice des hommes est en marche, et pourquoi Agnes réapprendrait-elle à vivre si c'est pour mourir ? Inspiré d'une histoire vraie, A la grâce des hommes est un roman sur la vérité, celle que nous pensons connaître et celle à laquelle nous voulons croire.
 
Ce roman historique est basé sur un fait divers sanglant et se situe dans les fermes glaciales d'Islande au début du 19e siècle. Les tribunaux ont condamné Agnes Magnusdottir pour complicité d'assassinat sur les personnes de Natan Ketilsson et Pétur Jónsson en 1828. A cette époque, l’Islande, sous domination Danoise, n’a pas de prison et afin d’économiser de l'argent, les autorités locales décident de l'envoyer à la ferme d'un petit fonctionnaire. Elle y travaille avec la famille en attendant son exécution tandis qu'un jeune prêtre tente de la guider sur le chemin du Seigneur.
La présence de cette criminelle crée un scandale dans cette vallée du Nord balayée par un vent glacial qui s’engouffre partout. Les voisins affluent à la ferme. Certains ont peur tandis que d'autres sont curieux. Certains sont haineux tandis que d'autres, comme Steina, la fille de la ferme propriétaire, cherchent à se lier d'amitié avec elle. D'autres encore, comme Margret, la maîtresse de la maison, changent lentement d’opinion.
Le prêtre nommé Toti, doit la guider dans la repentance et la prière. Il est clair dès le début qu’Agnes n’est pas intéressée par ses conseils spirituels. Au lieu de la sermonner, Toti lui prête une oreille attentive et lui permet de raconter son histoire. Le récit de sa vie comme enfant illégitime abandonné par sa mère et devenant pupille de la nation c’est-à-dire main d’œuvre bon marché itinérante allant vendre ses services de ferme en ferme.
C’est un roman subtil et émouvant qui nous raconte les derniers mois (imaginaires) de la vie d’Agnes. Nous y découvrons la vie dure de ces fermiers sur cette terre hostile battue par le vent, la pluie, la neige. C’est un roman à deux voix : Agnes et Toti qui nous font partager leur quotidien, leur ressenti, leur vie et leur rêve. Le contexte social y est ait très bien décrit : le Danemark règne sur l’ile et la plupart des fermiers louent leur terre à des propriétaires totalement absents et d’aucune aide. Les plus pauvres se louent à des fermiers guère plus riches qu’eux. Elle brosse à merveille le portrait de ces anonymes qui subissaient souvent un quotidien très difficile dans le plus grand dénuement.
Sujet intéressant, cadre atypique et écriture fluide en font un roman agréable à lire. Ce livre offre un beau et touchant portrait d’une femme condamnée qui est plus victime que coupable.