mercredi 22 juillet 2015

TU NE M'OUBLIERAS JAMAIS - JAMES, Peter

11 Septembre 2001 : site du World Trade Center. En route pour un rendez-vous d’affaires crucial, un homme assiste, désemparé à l’effondrement des tours jumelles. Pris en plein chaos, acculé par les dettes, il décide de se faire passer pour mort.
Octobre 2007. Un squelette est retrouvé dans un collecteur d’eaux pluviales de Brighton. A mesure que l’identification avance, l’horreur étreint le  commissaire Roy Grace. Un squelette de femme, la trentaine, blonde, portant de faux ongles : la description correspond en tous points à celle de son ex-compagne disparue neuf ans plus tôt…
Au même moment, dans la même commune, une jeune femme traquée monte dans l’ascenseur de son nouveau logement. Le piège se referme. Un bruit métallique déchire le silence, les lumières s’éteignent et la cabine chute de plusieurs étages, avant de se stabiliser dans un équilibre fragile. Un bouton d’appel d’urgence hors service. Pas de réseau. Aucun voisin pour répondre à ses cris de détresse. Et soudain, un texto : Je sais où tu es.
On peut changer de vie, d’identité, on ne disparaît pas pour autant des mémoires. Trois histoires qui n’ont, a priori, aucun lien. A priori seulement…
Autant j'avais apprécié le précédent Peter James que j'ai lu mais là, vraiment, c'est agaçant. Dans ce roman, plusieurs histoires (trois pour commencer) sont racontées en même temps. Les chapitres sont courts et à chaque changement, le lecteur passe à une autre date, un autre fait. Au début, on a du mal à suivre les différents protagonistes de l'histoire. Les récits se mêlent et s'entremêlent pour, enfin, se rejoindre et nous entrainer dans un thriller passionnant mais pas palpitant.

Nous retrouvons le célèbre Roy Grace, enquêteur émérite de la police de Brighton. Un homme aigri par la disparition de sa femme qui se retrouve face à un corps qui a plusieurs points de concordance avec celle ci.
Nous découvrons Ronnie Wilson, un minable qui n'a jamais eu de chance et qui multiplie les arnaques pour gagner de l'argent mais qui pense atteindre le summum lorsque deux avions percuttent volontairement les tours jumelles du World Trade Center en cette date fatidique du 11 septembre 2001.
Puis nous faisons la connaissance d'Abby, jeune femme qui essaie d'échapper à un ex petit ami assez pervers et dangereux. Mais nous apprenons aussi qu'Abby n'est pas la douce colombe qu'elle prêtant être et qu'elle a en sa possession des choses qui valent des millions de dollars mais qui ne lui appartiennent pas.
Les histoires présentées ainsi semblent sans lien les unes par rapport aux autres. Mais c'est sans compter sur le talent de Peter James qui saura montrer la faille, le petit élément qui emmènera Roy dans un étrange puzzle : des décombres des tours de World Trade Center jusqu'en Australie sur les traces d"un homme qui veut se faire oublier.
Comme à son habitude, l'auteur offre une fin des plus mystérieuse, si bien que l'on se sent "obligé" de lire la suite des aventures du commissaire Grace. Mais il serait temps que je les lise dans l'ordre.