lundi 27 avril 2015

MESIRICORDE - ADLER-OLSEN, Jussi

Télécharger
Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ?
Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encres. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire.

Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne.
Pour eux, pas de cold case ...
Une fois n'est pas coutume, j'ai commencé par visualiser le film avant d'effectuer la lecture du livre. Je ne fais jamais cela car le film me deçoit souvent et ne m'incite pas à lire. Bon, est ce le film qui m'a décidé ou ma bibliothécaire ? Je dirais que le film m'a ouvert l'appétit et que ma bibliothécaire a fini de me convaincre. Je ne regrette pas mon choix car si le film est bien, le roman est quant à lui remarquable. L’auteur sait ménager son intrigue. Même en connaissant dès le début l'auteur du méfait (film oblige), j'ai été tenu en haleine, jusqu’au bout, par une intrigue implacable et une histoire complètement folle. Aucune faute pour ce thriller ! Je confirme mon point de vue, le film déçoit toujours par rapport au livre.
Miséricorde est une vraie réussite, un polar remarquablement bien construit et écrit.
Le thème du roman n’a pourtant rien d’original : un flic, mis à l'écart, est chargé d’enquêter sur la disparition,  jamais élucidée, d’une jeune et talentueuse politicienne. Si vous êtes adepte de la série Cold Case, vous savez donc que l'originalité des ces enquêtes est qu'il n'y a plus de scène de crime, qu'il reste très peu de témoins et que seule la logique implacable d'un enquêteur hors pair permet de résoudre l'affaire.
Ici, deux personnages originaux :  Carl MØrck  et Hafez El Assad.
Le premier est  un flic habilement mis sur la touche par sa hiérarchie qui lui a confié  la direction d’un département spécial de recherche des crimes non élucidés, baptisé département V. Pour faire simple, c'est une mise au placard dans tous les sens du terme. Il y a peu, Carl était un excellent enquêteur mais après une affaire dans laquelle son coéquipier et ami s’est retrouvé définitivement paralysé, il n'a plus goût à continuer.  Son  seul objectif  au niveau de son boulot est d’en faire le moins possible, de passer ses heures de travail sur son ordinateur à faire des jeux vidéos, la sieste, fumer ses cigarettes et rentrer chez lui le plus tôt possible.
Le deuxième enquêteur… n’en est pas un ! Homme à tout faire embauché pour faire le ménage et rendre de menus service, Assad, réfugié  d’origine syrienne, se révèle plein de ressources, astucieux têtu, pourvu des toutes les qualités qui font un bon flic. Par son comportement toujours positif et enjoué il va remettre Carl sur les rails et lui fournir une aide précieuse.
Car même si Carl a décidé d’en faire le moins possible, il va peu à peu mordre à l'hameçon et se piquer au jeu. Il va donc se mettre en chasse et chercher à savoir ce qui est arrivé à Merete Lyyngaard,  jeune femme politique talentueuse, étoile montante du parti démocrate, élue au parlement, qui a mystérieusement disparue depuis cinq ans. Suicide ou accident en mer ? Pas de corps, pas de trace, personne ne le sait… Sauf le lecteur, qui dès le début du roman apprend qu’elle a été enlevée et est séquestrée depuis cinq ans dans un caisson hyper barre dans lequel la pression  augmente doucement mais régulièrement.   
Nous assistons aux  interrogations de Merete, ses angoisses, sa révolte impuissante, sa résistance… Nous  découvrons progressivement les aspects douloureux de sa vie passée ainsi que les souffrances que lui infligent ses ravisseurs.  
Petit à petit, l’enquête policière se met en place et prend le pas sur tout le reste. Le lecteur comprend au fil des chapitres  pourquoi Merete a été enlevée et ce que veulent les ravisseurs et nous suivons, parallèlement au calvaire de la jeune femme, la mise en place de l'enquête policière qui finira par conduire Carl et Assad jusqu’à la solution de l’énigme.
MISERICORDE est un roman impossible à lâcher grâce un rythme rapide avec un duo de choc
Ce roman se lit d’une traite pour notre plus grand plaisir et c'est avec impatience que je retourne à ma bibliothèque pour récupérer les trois autres opus. Et oui, Miséricorde est le début d'une série. A suivre sans modèration...