vendredi 6 mars 2015

DAVID NÉEL, Alexandra


Aujourd'hui, j'ai l'âme vagabonde, surement l’atmosphère vacances. J'ai téléchargé un film, disons un docu-fiction, que je voulais voir depuis longtemps : J'irais au pays des neige. Ce film retrace les péripéties vécues par Alexandra David-Néel lors de son voyage jusqu'à Lhassa.

 Télécharger

Je trouve ce film exceptionnel, mon seul regret est l'interprétation de Dominique Blanc. Je la trouve hautaine, froide loin de l'image que l'on attend d'une dame bouddhiste qui prône la compassion, l'amour de son prochain. Croyez vous que si elle avait eu un tel manque de sensibilité vis à vis des thibétains, elle aurait pu atteindre Lhassa en pratiquant la mendicité. Je pense que l'on voulait nous faire ressentir sa force de caractère qui la poussait toujours plus haut toujours plus loin, ne jamais céder. Peut être y avait il une autre façon de jouer pour rendre cette femme attachante.

J'ai emprunté à plusieurs reprises le livre Grand Tibet et vaste Chine à la bibliothèque. Ce livre regroupe plusieurs écrits d'Alexandra David Néel :
Grand Tibet et vaste Chine
Voyage d'une parisienne à Lhassa
Sous des nuées d'orage
A l'ouest barbare de la vaste Chine
Le Vieux Tibet face à la Chine nouvelle
Télécharger
Ce qui nous fait un pavé de 1139 pages à lire. Je n'ai jamais pu arriver au bout avant le délais qui m'est imparti. J'ai donc changé de tactique : j'ai téléchargé l'e-book sur le blog de Fleury et Bott. Cet opus ne contient que "Le voyage d'une parisienne à Lhassa". Me voici donc transporté au Tibet, province chinoise ou pays libre ? Nous sommes en octobre 1924, le pays vient juste d'être envahi par les chinois et la circulation à travers le Tibet y est interdit. Mais une femme de tempérament, Alexandra David Néel va braver tous les interdits pour découvrir ce pays des neige et surtout l'impénétrable Lhassa. Véritable découverte d'un pays qui jusqu'à l’invasion chinoise avait su préserver sa culture et son mode de vie.

 
Autre lecture dans le même genre : Au royaume des femmes d'Irène Frain